Programme

L’Analyse Appliquée du Comportement (AAC)

 Aperçu du Traitement

L’Analyse Appliquée du Comportement est “la science dans laquelle les tactiques dérivées des principes de comportement sont appliquées pour améliorer le comportement socialement significatif et l'expérimentation est utilisée pour identifier les variables responsables de l'amélioration du comportement” (Cooper , Heron & Heward , 2007, p.690). L’AAC est donc une science du comportement, qui se concentre sur les comportements sociaux importants, entre autres, la communication, le langage et la socialisation. De plus, l'AAC est le processus d'application systématique des interventions fondées sur les principes de l'apprentissage (Baer , Wolf & Risley, 1987) . Toutes ces interventions utilisent des techniques fondées sur des preuves scientifiques et sont adaptées pour répondre aux besoins de chaque enfant d’une façon individualisée.

Bien que l'AAC ne soit pas seulement utilisé avec les personnes atteintes d'un trouble du spectre autistique (TSA), il s'est avéré être l'un des traitements les plus efficaces, sinon le plus efficace, pour cette population (Love, Carr, Almason & Petursdottir, 2009). Ce traitement est particulièrement utile pour enseigner les comportements aux enfants atteints de TSA qui, autrement, ne l'apprendraient pas de manière indépendante dans leur environnement. Chaque comportement observable peut être modifié ou changé grâce à l'approche positive de l'AAC. Un parent, un conseiller, un thérapeute instructeur ou un analyste du comportement certifié (BCBA), peut utiliser cette approche.

L’AAC utilise une observation comportementale détaillée, un renforcement positif et un message guide dans le but d’enseigner chaque étape d'un comportement. Le comportement d'un enfant est renforcé par une récompense lorsqu'il effectue chacune des étapes correctement. Les comportements indésirables, ou ceux qui interfèrent avec l'apprentissage et les compétences sociales, sont surveillés de près. L'objectif est de déterminer ce qui déclenche un comportement mal adapté et ce qui se produit après ce comportement pour le renforcer. L'idée est de supprimer ces déclencheurs et ces renforcements de l'environnement de l'enfant. De nouveaux renforcements sont ensuite utilisés pour apprendre à l'enfant un comportement approprié en réponse au même déclencheur. Le but de la thérapie est de faire en sorte que l'enfant généralise les éléments enseignés pendant le traitement et utilise ces nouvelles acquisitions dans un nouveau contexte, avec de nouvelles personnes et avec de nouveaux objets.

Le traitement AAC peut inclure un ou plusieurs outils pédagogiques établis: entraînement à l'essai discret, enseignement accessoire, l’enseignement d’habiletés clé, amélioration de la fluidité et le comportement verbal (CV).

Dans le cadre d’une formation à l’essai discret, un praticien de l’AAC donne une consigne claire déterminent le comportement souhaité (par exemple, "Ramasse le papier"). Si l'enfant agit correctement, le comportement est renforcé (par exemple, "Excellent travail! Voici un M & M"). Si l'enfant ne suit pas la consigne, le praticien donne un message guide (par exemple, met la main de l'enfant sur le papier). L'espoir est que l'enfant finira par apprendre à généraliser la réponse correcte.

L'enseignement accessoire utilise les mêmes idées que l'essai discret, sauf que l'objectif est d'enseigner des comportements et des concepts dans un l’environnement naturel de l’enfant basé sur sa motivation intrinsèque, c’est-à-dire que l’enfant doit initier l'interaction.

L’enseignement d’habiletés clé utilise des techniques d’AAC pour cibler des compétences cruciales qui sont importantes (ou essentielles) pour bâtir d’autres compétences. Donc, si l'enfant fait du progrès par rapport à une des compétences essentielles, ce progrès sera transféré à une une grande variété de compétences qui ne seront pas spécifiquement enseignés. Cette approche peut aider l’enfant à généraliser les compétences, du cadre thérapeutique aux paramètres quotidiens.

Dans l’amélioration de la fluidité, le thérapeute emploie une technique d’AAC pour aider l'enfant à développer un comportement complexe en enseignant chaque élément de ce comportement individuellement jusqu'à ce qu'il soit automatique ou "fluide". Ensuite, le comportement global peut être bâti à partir de chacun des éléments devenus fluides.

Enfin, le Comportement Verbal (CV) (Skinner, 1957) et une approche d'AAC dédiée à l'enseignement de la langue et de la communication. "Le comportement verbal joue un rôle central dans la plupart des principaux aspects de la vie d'une personne, ainsi que dans les lois, conventions, archives et activités d'une société" (Cooper, Heron & Heward, 2007, p. 527). En CV, le praticien analyse les compétences linguistiques de l'enfant, puis enseigne et renforce les compétences linguistiques les plus utiles et complexes. Plutôt que de se concentrer sur la description textuelle d'un mot tel que les noms, les verbes et les prépositions, le CV considère les mots comme des objets indépendants. Les mots ont des sens différents dépendamment du contexte dans lesquelles ils sont exprimés. Par exemple, dire le mot «lait» parce-que vous voulez du lait est très différent que de dire «lait» parce-que vous voyez une boîte de lait. En effet, il est proposé que, comme tout autre comportement, le langage est un comportement que l’on apprend et qui est maintenue et renforcée par des conséquences environnementales naturelles.

Les enfants atteints de TSA ont des styles d'apprentissage différents et par conséquent ils sont souvent moins susceptibles que les autres enfants d'apprendre de leur environnement quotidien. L'approche AAC tente de combler cette lacune en fournissant des outils pédagogiques axés sur des instructions simplifiées et un renforcement constant. En outre, l'approche AAC peut aider les enfants atteints de TSA à mener une vie plus indépendante et socialement active. Les recherches suggèrent que ce résultat positif est plus fréquent chez les enfants ayant reçu une intervention précoce (Wong et al., 2014).

Bien que les premières pratiques de l'AAC aient suscité certaines controverses dans les années 1980, les pratiques actuelles de l'AAC sont régies par des directives strictes qui favorisent les techniques de renforcement aux punitions et aux techniques aversives.

Le meilleur pronostic pour les enfants atteint d’un TSA est de suivre une Intervention Comportementale Intensive Précoce (ICIP) qui est composée de trois étapes importantes. Tout d'abord, elle doit être intensive avec au moins 20 heures par semaine et un ratio de 1: 1. Deuxièmement, les programmes doivent être basés sur les principes du conditionnement opérant et troisièmement, ils doivent utiliser un curriculum du développement (Love et al., 2009).

ICIP a des résultats très positifs:

QI amélioré (Dawson et al., 2009, p.17; Velazquez et Nye, 2011, p.2; Virues-Ortega, 2010, p.387);

Amélioration du QI non verbal (Peters-Scheffer et al., 2010, p.1; Velazquez et Nye, 2011, p.2; Virues-Ortega, 2010, p.387);

Amélioration de la communication expressive et réceptive (Peters-Scheffer et al., 2010, p.1; Velazquez et Nye, 2011, p.2; Virues-Ortega, 2010, p.387);

Amélioration du comportement adaptatif ((Dawson et coll., 2009, p. 17; Peters-Scheffer et coll., 2010, p. 1; Velazquez et Nye, 2011, p. 2);

Socialisation améliorée (Velazquez & Nye, 2011, p.2; Virues-Ortega, 2010, p.387); et

Compétences globales améliorées au quotidien (Peters-Scheffer et al., 2010, p.1; Velazquez et Nye, 2011, p.2; Virues-Ortega, 2010, p.387).

Un autre élément crucial de l'approche AAC, particulièrement important pour les enfants autistes, est de déterminer un renforcement positif assez motivant pour chaque individu. Les éloges verbaux ne sont souvent pas gratifiants pour ces enfants et donc une analyse minutieuse du comportement aide à déterminer les outils de renforcement les plus efficaces. Il faut comprendre qu’à mesure que l’enfant apprend et évolue, les renforcements perdront de leur valeur et ainsi, c’est une adaptation constantes des outils de renforcements afin de stimuler sa motivation et encourager son progrès.

Il n'y a aucun effet négatif connu de l’AAC et contrairement à de nombreuses autres thérapies proposées sur le marché telles que les thérapies d'intégration sensorielle, les régimes restrictifs, l'aquathérapie, les pillules supplémentaires et bien d'autres, l'AAC est une technique fondée sur des preuves et mènent à des résultats positifs pour les personnes atteintes de TSA.


Ressources 

Baer, D. M., Wolf, M. M., & Risley, T. R. (1987). Some still-current dimensions of applied behavior analysis. Journal of Applied Behavior Analysis, 20(4), 313–327.
http://doi.org/10.1901/jaba.1987.20-313

Cooper, J. O., Heron, T. E., & Heward, W. L. (2007). Applied behavior analysis (2nd ed.). Upper Saddle River, NJ: Pearson. ISBN-10: 0131421131 or ISBN-13: 9780131421134

Love, J. R., Carr, J. E., Almason, S. M., & Petursdottir, A. I. (2009). Early and intensive behavioral intervention for autism: A survey of clinical practices. Research in Autism Spectrum Disorders, 3(2), 421-428.
http://dx.doi.org/10.1016/j.rasd.2008.08.008

Peters-Scheffer, N., Didden, R., Korzilius, H., & Sturmey, P. (2011). A meta-analytic study on the effectiveness of comprehensive ABA-based early intervention programs for children with autism spectrum disorders. Research in Autism Spectrum Disorders, 5(1), 60-69

Skinner, B. F. (1957). Verbal Behavior. B.F. Skinner Foundation

Velazquez, R., & Nye, C. (2011). Systematic review offers cautious support for positive effects from ABA-based early intervention programs for children with autism spectrum disorder. Evidence-Based Communication Assessment and Intervention, 5(2), 70-73

Virués-Ortega, J. (2010). Applied behavior analytic intervention for autism in early childhood: Meta-analysis, meta-regression and dose–response meta-analysis of multiple outcomes. Clinical Psychology Review, 30(4), 387-399
http://dx.doi.org/10.1016/j.cpr.2010.01.008

Yeargin-Allsopp, M., Rice, C., Karapurkar, T., Doernberg, N., & al, e. (2003). Prevalence of autism in a US metropolitan area. JAMA, 289(1), 49-55

Wong, C., Odom, S. L., Hume, K. A., Cox, A. W., Fettig, A., Kucharczyk, S., Schultz, T. R. (2015). Evidence-based practices for children, youth, and young adults with autism spectrum disorder: A comprehensive review. Journal of Autism and Developmental Disorders, 45(7), 1951-1966
http://dx.doi.org/10.1007/s10803-014-2351-z

 

Top